La commune demande au syndicat STC de faire cesser les mensonges et le harcèlement

La commune n'a jamais flanché devant l'adversité.
Elle demande au syndicat STC de faire cesser les mensonges et le harcèlement.
Aucun des propos outranciers qui fleurissent sur la page Facebook de la mairie de Biguglia ne peut excuser l'attitude des personnels grévistes.

La population a pu malheureusement juger elle-même les choses.
Les personnels techniques grévistes ne se sont pas présentés ni au hangar technique ni en mairie (qui était ouverte) pendant l'alerte rouge contrairement a ce qu'a dit le syndicat, puisque personne ne les y a vu, pas même les caméras de vidéosurveillance du bâtiment (destinées au plan vigipirate).

Pas même un coup de fil de soutien au personnel qui assurait ces jours là, la cellule de crise.
Vendredi, certains d'entre eux se sont présentés en tenue de ville à 11h45 après qu'une réquisition écrite et un appel téléphonique leur soient parvenus leur indiquant une faute grave et la nécessité de rendre les clefs du tractopelle indispensable aux secours, puisque depuis le début de la semaine, ils avaient bloqué l'entrée du hangar technique avec, puis après l'avoir déplacé, en ont confisqué les clefs.

Aucun d'entre eux n'a fait état de suspendre la grève pour se mettre au service de la population.
Ils sont arrivés quand la commune avait déjà mandaté des entreprises privées pour effectuer le travail.

Les tensions de la grève n'excusent pas tout.
Les insultes, les contre-vérités et les faux comptes Facebook créés pour l'occasion afin d'assurer un dénigrement systématique sous couvert d'anonymat sont inacceptables dans une société civilisée et passibles de poursuites.

Il faut avoir le courage de ses actes.
La commune en appelle à la responsabilité de chacun et se réserve le droit de porter plainte.